Affiche et charte graphique : Ophélie Kamblock

Partenaires

Direction de la Culture de la Province Sud

Anne Keller Bouché, artiste peintre

Aujourd’hui la seule raison pour laquelle on entend parler de l’Amérique centrale est la violence exercée par les  bandes du crime organisé. Nous avons essayé de comprendre la cause de cette situation et pour y parvenir nous sommes remontés jusqu’aux années 80 à travers le film American made avec Tom Cruise réalisé par Doug Liman.

 

 

Grâce à nos invitées, nous essaierons d’effacer les stéréotypes et  de découvrir comment était la vie en  Amérique centrale durant ces années là, et le splendide passé  de cette région avant la découverte de ces terres et la colonisation.

Bon colloque à tous !

Athur Léger

Nos invitées

Thématiques abordées

Photos : Kim Dao et Anthony Huang

Neoimperialismo y guerras civiles, Zoé Roul y Víctor Barrera

El narcotráfico, Tristan Barguil y Rafa Hamon

Cine gringo, Kathleen Hickson

Mesoamérica precolobina, Oséa Waheo

 

Neoimperialismo y guerras civiles

Hola a todos, hoy vamos a hablaros del neo imperialismo estadunidense en la región de Mesoamérica, relatado a través la película Barry Seal: American Made.

¿Todo el mundo sabe lo que es lo que imperialismo?

Bueno pues se trata de la política de un país que quiere mantener y extender su dominación sobre otros pueblos y territorios. Latinoamérica ya había padecido el imperialismo español desde su descubrimiento en 1492 hasta su independencia en 1898. Por eso, la influencia que ejerció posteriormente EE.UU, durante el siglo XX, en esa región se califica de neo imperialismo.

En la película vamos a ver algunas de las formas en que se manifiesta.

En 1962 empieza la revolución nicaragüense. En 1979, los sandinistas derrocan la dictadura de la familia Somoza en Nicaragua, apoyada por los EE.UU.

Los sandinistas fueron un movimiento guerrillero de inspiración marxista cuyo icono era el general Augusto Sandino. Posteriormente; luego, se convirtieron en un partido político y Daniel Ortega encabezó el nuevo régimen socialista.

La victoria sandinista entorpece los intereses estadounidenses. Así, en un contexto de guerra fría, EE.UU van a financiar a los Contras para luchar contra la expansión del comunismo. Los contras son un grupo armado de resistencia contra los sandinistas, que utilizan métodos de guerrilla.

Volviendo a nuestra película, Barry Seal, el personaje principal, va a jugar un papel importante en esta lucha. De piloto de línea para la Trans World Airlines, se convierte en agente de la CIA en 1978 y sobrevuela Centroamérica para sacar fotos de los rebeldes. Ronald Reagan, elegido en 1981 presidente de los EE.UU, quiere extender el capitalismo y la democracia liberal. Pero el Congreso de los EE.UU se opone a brindar apoyo financiero a los contras y lo prohíbe en 1982  con la enmienda Boland. Pero Ronald Reagan no la respeta y en el 86 etalla el Irangate: EE.UU. está acusado de haber vendido ilegalmente armas a Irán, su enemigo, y utilizado los beneficios para financiar secretamente a los Contras. Y ¿quién se encargó de transportar las armas del Irangate? Barry, como vamos a verlo en el siguiente fragmento.

(fragmento 30.26 – 31’40)

A partir del 86, la administración Reagan necesita encontrar otra forma de seguir financiando a los Contras. Y ahí es donde Barry Seal entra de nuevo en juego.

¡Ojo, el fragmento de la película que vamos a ver es una narración algo confusa de lo ocurrido: da la impresión de que empieza en el 86 cuando, en realidad, el relato de Tom Cruise abarca desde la enmienda Bolland hasta el uso del tráfico de drogas!

En 1989, termina la guerra entre los Contras y los sandinistas con la firma del pacto Tela. Ronald Reagan alcanza su objetivo. En 1990, Violeta Barrios de Chamorro gana las elecciones democráticas, simbolizando el fin del poder del partido sandinista.

Las guerras civiles afectaron particularmente 3 países: Nicaragua, El Salvador y Guatemala, donde hubo muchos muertos, desplazados y torturados. Nicaragua, lugar donde se fraguaron las confrontaciones, quedó asolada. Guatemala sufrió el genocidio del pueblo maya por los militares. Y Honduras fue utilizada por los EE.UU como base para sus operaciones militares.

Ni que decir tiene que la población quedó marcada por los conflictos. La reinserción de los combatientes a la vida civil fue difícil. Se acentuó la violencia a causa de las desigualdades sociales y la pobreza. Se añadieron también la proliferación de las armas que quedaron en manos de la población.

EE.UU dejo una región arruinada, traumatizada y destruida.

 

CINE GRINGO

 

Sinopsis

American Made es una película realizada por Doug Liman, cuyo padre, Arthur, formó parte del grupo de reflexión sobre el caso Irán-Contras que se convertiría más tarde en el Irangate. En ella, seguimos la trayectoria de Barry Seal, un narcotraficante que jugó un papel importante en esta época.

 

¿Qué caracteriza esta película?

La película está basada en una historia real que es especialmente inmoral y degradante para el estado americano. Pero Doug Liman como productor de Hollywood logró hacer con esta historia, una película completamente ligera y trepidante. Para conseguirlo el cine de Hollywood utiliza los estereotipos y acentúa los rasgos de los personajes para que el espectador entienda rápidamente.

Además, Barry Seal es interpretado por Tom Cruise que es un actor muy carismático y representa de maravilla el intrépido americano que sabe aprovechar cualquier oportunidad, incluso las más peligrosas. Barry está muy seguro de él durante la mayor parte de la película, lo que le otorga el estatus de héroe. Además, parece lograr completamente su “American Dream”. Tiene una esposa maravillosa y guapa y, como corresponde al estereotipo, es rubia, es dueño de una gran casa y coches antiguos. La película retrata a Barry como un padre de familia fiel que se preocupa por su esposa y sus niños, que empezó trabajando en la TWA y que continúó en la CIA, como una evolución profesional. Pero el auténtico Barry Seal no fue exactamente el personaje ideal.

 

La verdad sobre Barry Seal

Barry no fue tan bueno como Doug Liman lo pinta.

En efecto, en el periodo del que hablamos, Seal vivía con su tercera esposa y no con la primera como se presenta en la película. Además su esposa no sabía nada de su tráfico con el cartel de Medellín mientras que en la película su esposa lo sabe todo.

Cabe destacar el episodio en que se ve a Seal perseguido por la DEA, que es la policía anti droga y entonces debe aterrizar pero no lo hace en una pista sino en una calle. Es un momento muy impresionante y divertido, ya que acaba su trayectoria con la cara llena de cocaína. Pero en realidad esto nunca pasó. Además sobre la droga, Seal parece trabajar para la TWA cuando la CIA le pide que trabaje para la CIA. Pero, en realidad, Seal ya había trabajado como traficante de armas con Cuba, junto antes de la revolución.

Todas esas escenas muestran que la película por Doug Liman mejoró la historia para crear una película divertida.

A fin de cuentas, Doug Liman quiere mostrar que el Presidente Reagan lo dirige todo y que Seal no es más que un mandado y, cuando las cosas se complican para la Casa Blanca, Seal se convierte en el chivo expiatorio ideal. Esta película tiene como objetivo denunciar los tejemanejes de la administración Reagan, una manera mostrar en tono ligero lo que la razón de estado no permite  revelar. Es claramente una dedicatoria a Arthur Liman por su trabajo de investigación desde el Congreso.

 
 

La Mésoamérique Précolombienne

 

Sommaire :

  • Une civilisation complexe

  • L’organisation sociale des mayas

  • L’architecture maya

  • Agriculture maya et aztèque

  • Une science très avancé

  • Une civilisation au passé brutal et sanguinaire

  • Des conflits entres peuples

  • Des rites religieux sanguinaires

  • (Des jeux meurtriers)

  • L’auto sacrifice

  • Le déclin et la chute de civilisations qui connaissaient leur apogée

  • L’invasion des conquistadores

  • Les changements climatiques brutaux

 

  • Introduction

L’Amérique Latine n’a pas toujours connu cette période de tension entre ces différentes puissances qui s’entre déchirent, que ce soit les EU, l’URSS et les cartels de drogue qui dictaient et dictent toujours leurs lois. En effet, cette région (carte) fut le lieu de résidence de populations prospères et beaucoup plus évolués qu’on aurait pu le penser. La Mésoamérique englobe de nombreux peuples qui ont tous connu plus ou moins leur heure de gloire. Beaucoup de peuple ont cohabité dans cette région, nous ne les citerons pas tous, mais les plus célèbres sont : (carte) les Olmèques, les Aztèques, les Tarasques, les Mayas et bien d’autres. Nous parlerons principalement des Mayas et quelque peu des Aztèques dans notre présentation. On a longtemps sous-estimé l’importance de ces civilisations, leur influence, et à quel point elles étaient étendues et le niveau de leur développement, mais une étude récente a pu mettre à jour l’étendue de la puissance Maya. Les archéologues chercheurs sont parvenus à identifier plus de 60 mille maisons, palaces, pyramides et autres édifices  recouverts par la canopée qui étaient encore insoupçonnés et inaccessibles. La technologie LIDAR (Technologie de détection et télémétrie par onde lumineuse), a permis de restituer de façon très précise et en 3 dimension les ruines d’une civilisation précolombienne. Cette technique a montré à quel point ces civilisations étaient complexes et interconnectées entre elles. (Photos) On peut constater que la région entière est très organisée et bien plus densément peuplé qu’on ne le supposait puisqu’avant cette étude on estimait la population de Maya au maximum à 5 millions de personnes, mais à la lumière de cette technologie leur nombre se rapprocherait plus des 15 millions, dont beaucoup vivaient dans des zones marécageuses que l’on pensait inhabitables. La technologie LIDAR a permis de quadriller plus de 2100 Km² de la réserve de biosphère Maya dans la région de Petén, au Guatemala. Ces résultats montrent que c’est une civilisation très avancée qui à son apogée il y a 1200 ans était comparable aux sociétés très sophistiquées telles que la Grèce Ancienne ou à la Chine Antique. Cette technologie a mis en lumière des chaussés qui relient plusieurs agglomérations ou des gravières (carrières), des systèmes d’irrigation complexe, des terrasses qui soutenaient une agriculture intensive. Et le plus incroyable est qu’il faut savoir que les Mayas n’utilisaient ni bêtes, ni la roue même si le concept de celle-ci existait déjà dans les jeux pour enfants. On peut littéralement dire que c’est une civilisation qui a soulevé des montagnes. On a pu constater qu’il y avait des nets liens entre les cités, une certaines militarisation et l’aménagement du territoire Maya. A leur apogée,  entre 250 et 900 avant notre ère, les Mayas occupaient un territoire 2 fois plus grand que l’Angleterre Médiévale.

Mais alors comment des civilisations aussi prospères que les Mayas ou les Aztèques, qui semblaient ne connaître aucune limite et que l’on pourrait penser presque immortelles (Photos), comment ont-elles pu disparaitre aussi rapidement et c’est ce que nous verrons au cours de notre présentation. Nous passerons de la complexité des sociétés mésoaméricaines et la brutalité sanguinaire des peuples jusqu’à la chute de ces civilisations mythiques.

  • Une Organisation complexe

 

L’organisation sociale des Mayas :

Il n’y avait pas de pouvoir centralisé chez les Mayas, ils étaient organisés en cités-états autonomes collaborant ou s’entre-combattant parfois. Au centre de la cité, on retrouvait les temples, les palais, le centre astronomique, et les grandes places, c’était vraiment le centre névralgique de la cité. La cité s’organisait ainsi, au centre, les temples, puis les palais des seigneurs, des prêtres, et ainsi de suite. Plus on s’éloignait du centre de la cité, plus le rang social des personnes qui y résidaient était inférieur. Les maisons individuelles étaient quant à elles éparpillées dans les faubourgs. Ainsi, les plus grandes villes pouvaient comprendre jusqu’à 200 000 habitants.

L’organisation politique est de type « monarchie héréditaire ». La cité est gouvernée par le « Halac Vinic » qui dispose de pouvoir religieux, militaire et civil. Il est choisi au sein d’une classe aristocratique héréditaire, les « Batabs » chargés de recevoir les redevances et de veiller à l’exécution des ordres. Ils forment la noblesse. Le clergé constitue une classe nombreuse, là aussi les prêtres se succèdent de père en fils. Ils ont de nombreuses responsabilités : l’écriture chronologique, la médecine, l’organisation des cérémonies, l’éducation des futurs prêtres. Les prêtres et les nobles sont chargés de pourvoir à la nourriture  quotidienne des divinités soit par l'autosacrifice que nous étudierons plus en profondeur plus tard, soit en fournissant des victimes humaines. Le plus souvent des prisonniers de guerre. La guerre a donc une fonction sociale précise, l’approvisionnement pour les sacrifices. Et enfin le peuple qui doit pourvoir aux besoins des classes non productives que ce soit l’alimentation, l’habillement, travaux publics.  Et tout en dessous on retrouve les esclaves.

 

L’architecture :

 

Tout le monde a déjà vu les incroyables pyramides de ces civilisations précolombiennes camouflées dans la forêt ou seul la cime des pyramides dépasse et qui peut laisser notre imagination s’abandonner à toutes ces histoires fantastiques qu’on nous contait pendant notre enfance, le mythe de la cité d’or, les sacrifices au sommet des pyramides. Tous ces mystères qui résident autour de ces civilisations nous fascinent. Son architecture impressionnante en a laissé plus d’un bouche bée et l’ingéniosité de certains édifices à même surpris les archéologues et scientifiques.

Les bâtiments étaient construits à base de pierre et de bois. Les palais, les pyramides, places (où se déroulaient jeux et cérémonies) et les fortifications surtout à la fin de l’ère maya où les conflits se sont intensifiés ont tous été construit à dos d’homme, ce qui rend ce travail titanesque. La difficulté de construire de tels édifices était premièrement la main d’œuvre qui devait être extrêmement importante et l’extraction des matériaux depuis les carrières jusqu’au lieu de construction des pyramides. Les Mayas ont donc construit des routes pour faciliter l’acheminement des matières premières.

Les sciences astronomiques avaient une place très importante dans la société si bien que les villes étaient érigées selon la cartographie du ciel et l’alignement du soleil et de planète comme Mercure, Vénus ou Jupiter. Les constructions mayas contrairement à ce que l’on voit aujourd’hui étaient très colorées, les mayas disposaient d’une palette de couleur importante, les gravures retraçaient l’histoire de la civilisation : les dieux, les événements saisonniers, les cérémonies, les batailles…

La pyramide de Copan renferme un trésor de la civilisation Maya, un escalier très célèbre pour les hiéroglyphes présents sur chacune de ses marches, y est inscrit, il est le plus long texte laissé par les Mayas. Il raconte l'’histoire de la cité en faisant la liste de tous les rois qui ont dirigé la cité un peu comme une sorte de chronique    (Photo)

De même que l’architecture des pyramides en elle-même est extrêmement bien pensée.

A Chichén Itza, la bordure ouest de l’escalier Nord de la pyramide de Kukulcan est étudié pour que lors de l’équinoxe l’ombre projetté sur l’escalier ressemble à un serpent  qui symbolise l’arrivé du serpent à plume KuKulcàn chez les Mayas ou Quetzalcoalt chez les Aztèque. (Photos). Fait encore plus incroyable, la pyramide du Kukulcan grâce à son architecture particulière est conçue pour renvoyer un écho qui lorsque l’on clappe des mains, émet grâce à l’écho, un son similaire au cri du quetzal qui est un oiseau sacré considéré comme un message des dieux (vidéo.) Les marches de la pyramide font office d’instrument de musique géant et cette pyramide n’est pas la seule à avoir cette particularité, la pyramide de Uxmal reproduit le son de la pluie lorsque l’on gravi les marches. La pyramide est conçue pour répondre aux applaudissements de la foule somme une sorte de message divin sous la forme d’un cri d’oiseau. C’est à la fois une prouesse technique qui montre l’ingéniosité et le niveau de développement très avancé de ces civilisations et leur connaissance en mathématique non négligeable. 

Mais ce n’est pas tout, les pyramides n’étaient pas les seules à être si bien pensées, l’architecture de la ville en elle-même relevait du génie technique, les constructions qui étaient surélevées pour prévenir les inondations, servaient également à évacuer l’eau et la stoker (sécheresse importante et période de pluie rare), les bâtiments conduisaient l’eau vers des citernes individuelles ou de grands réservoirs (schéma). A Palenque, le plus grand souverain de la cité, Pacan qui a régné pendant 70 ans, devait faire face à une problématique, les inondations lors des saisons de pluie. Il avait à sa disposition les meilleurs ingénieurs et architectes de la région et ils ont eu une idée de génie, enterrer les rivières ! Ils ont créé tout un système de canalisation extrêmement sophistiqué (vidéo). Cela permettait d’empêcher les inondations, alimenter en eau la cité, d’augmenter l’espace pour la construction de palais, et enfin facilitait l’irrigation des champs. Le contrôle qu’avait Palenque sur l’eau lui a permis d’assurer son hégémonie parmi les grandes cités maya et de se rapprocher et s’allier à la plus grande cité Maya Tikal.

 

L’agriculture :

L’agriculture chez les Mayas semble d’emblée très compliquée en raison du milieu qui semble peu propice à une agriculture intensive et quand on sait à quel point la population maya était importante et de même que pour les Aztèques, l’on peut se demander comment ont-ils résolu ce problème.

Les nappes phréatiques étaient difficiles d’accès car profondes et la terre calcareuse difficile à creuser, l’eau était une ressource importante qui faisait défaut à une agriculture intensive. Les Mayas utilisaient les cénotes comme réserve d’eau naturelle qui leur permettait de subsister en période de sécheresse qui pouvait durer assez longtemps, généralement de janvier à avril. Les cours d’eau étant eux aussi rares, le problème de l’eau touchait toute la région maya. La gestion de l’eau permettait donc à des cités d’avoir une forte influence. De plus la terre était relativement pauvre tout semblait aller contre une agriculture intensive chez les Mayas.

La technique de culture la plus courante était la culture sur brulis, les paysans défrichaient en saison sèche un champ appelé milpa  puis brulaient la végétation, les cendres servaient alors de fertilisant. Un même champ était cultivable deux ou trois ans puis mis en jachère pendant 10 ans, ce qui nécessitait d’avoir un territoire extrêmement important et qui ne permettait pas une agriculture adéquate. Ils ont donc mis au point un système plus intensif, comme l’agriculture sur terrasse (à Caracol) ou des jardins potagers autour des maisons avec l’utilisation des cendres, encore une fois. La chasse et la pêche n’étaient que des ressources d’appoint. Tout cela a permis à cette civilisation de se développer.

Chez les Aztèques, l’agriculture est aussi un point phare qui a permis leur prospérité. Ils pratiquaient une agriculture vivrière pluviale qui s'est améliorée progressivement. Ils ont conquis de nouveaux territoires en aménageant des terrasses sur les pentes, au moyen de murets en pierre. Dans les vallées et les bassins, les paysans aztèques maîtrisent les techniques de l'irrigation. Ils ont su reprendre, étendre et améliorer le système des canaux et des digues des civilisations précédentes. Ils ont aussi créé de nouvelles terres cultivables appelées les chinampas qui sont des sortes de jardins flottants. Ils prélevaient la boue au fond des lacs qu’ils déposaient sur des radeaux. Ces îlots artificiels sont très fertiles et permettent plusieurs récoltes par an.

Chez les Mayas comme chez les Aztèques, le maïs formait la nourriture principale pour tous les avantage qu’il représente, en nutrition comme sa facilité de conservation. Les commerce chez les Mayas était aussi très important certaines voies de circulation faisait plus de 100 Km ce qui montre leur puissance.

 

Science et astronomie :

La connaissance qu’ils avaient sur les mathématiques et les astres est impressionnante. Ils ont construit des observatoires d’une grande précision qui leur permettait d’observer à travers de minuscules fenêtres des astres ou des planètes. La position de certains bâtiments était choisie en fonction de la position du soleil ou de certains astres. Cela leur permettait d’observer le soleil et le ciel. Ils possédaient des Codex  où ils retranscrivaient le calendrier lunaire, le mouvement de Vénus, Mars ou encore Mercure et surtout la prédiction détaillée des éclipses solaires et tout cela avec une précision qui n’a rien à envier aux scientifiques modernes, leurs prédictions ne divergent que de 14 minutes et de même pour leur calcul de l’intervalle de la nouvelle lune : d’après leur calcul il durait 29.53 086 jours tandis que les calculs modernes ont montré qu’il durait 29.53 059 jours. Ce sont leurs  connaissances poussées en mathématique qui leur ont permis de telles prouesses en astronomie, ils connaissaient l’existence du zéro ou de l’infini

L’astronomie avait une importance capitale, leur table astronomique régissait la vie quotidienne. La position de Vénus pouvait déterminer les guerres car elle représente le dieu Kukulcan, dieu de la guerre, la position des astres déterminait les périodes propices pour récolter, planter…

Leur système calendaire relève d’une grande sophistication qui reprend et améliore les inventions Olmèques. Leur calendrier est composé de 365 jours divisé en 18 mois de 20 jours chacun et un 19ème moi de 5 jours.

 

  • Une civilisation au passé brutal

 

Des conflits :

 

La technologie LIDAR a montré l’omniprésence de remparts et de forteresses. Les guerres n’ont pas seulement eu lieu à la fin de ces civilisations, mais c’était un état de fait systématique pendant très longtemps.

 

Mais parlons plutôt des rites et traditions religieuses sanguinaires

Revenons à Chichen Itza où se trouve la pyramide de Kukulcan. Outre le fait que c’est une merveille de la technologie, une de ses utilités l’est beaucoup moins, en effet cette cité était un haut lieu de sacrifice pour honorer le dieu serpent à plume.

Cette pyramide a été le lieu du grand rituel maya, le sacrifice humain, dans le but de nourrir les dieux. Le sang était considéré comme sacrée non seulement pour les Mayas mais aussi pour l’ensemble de la Mésoamérique précolombienne, le sang est pour eux une source d’énergie divine qu’il fallait régulièrement offrir aux dieux. Les sacrifices humains étaient pour eux l’offrande ultime par laquelle se terminaient les rituels les plus importants. Les guerres étaient donc un bon moyen de se procurer des offrandes et les prisonniers de haut rang étaient les plus souvent sacrifiés  car ils avaient une grande valeur. Les sacrifices se faisaient tout en haut de la pyramide en leur arrachant le cœur encore palpitant. Les rituels accordant une importance majeure au sang, ils en faisaient donc couler le plus possible lors des sacrifices, cela leur permettait de faire exaucer leurs vœux. La décapitation d’un roi était l’offrande la plus précieuse qu’on puisse offrir aux dieux car elle reconstituait la décapitation du dieu du maïs Yum Kaax par les seigneurs de la mort.

L’autosacrifice représente aussi une importante part des offrandes aux dieux. L’auto sacrifice n’entraine en rien la mort, ce n’est pas un suicide. C’est une saignée rituelle ou plus ou moins rituelle exercée sur soi. On retrouve cette pratique dans les coutumes de nombreux peuples. Ces pratique ont lieu périodiquement ou lors de grandes occasions. On s’auto sacrifiait lors de deuils, d’anniversaires, pour se purifier… et il faut savoir que tous participent à l’auto sacrifice, homme, femme, enfants en bas âge, rois et reines. Cette pratique consiste à se mutiler pour éprouver le maximum de souffrance car les Mayas pensaient que la souffrance permettait de communiquer avec les morts. Les Mayas se perçaient la langue avec un pic. (Pour compléter sur l’autosacrifice : https://universiteouverte.u-cergy.fr/images-et-representations-du-monde-lautosacrifice-en-mesoamerique-pre-colombienne/)

  • Le déclin et la chute de civilisations qui connaissaient leur apogée

 

L’invasion des conquistadores :

L’arrivé des Espagnols en Mésoamérique est pour les Aztèques perçu comme le retour de leur dieu Quetzalcóatl, le serpent à plume, comme l’annonce la prophétie. Cette divinité est le créateur de ‘humanité et qui a enseigné aux hommes la culture du maïs, le polissage des pierres précieuses et la science. La particularité de ce dieux qui le différencie des autres est qu’il ressemble à un homme blanc et barbu, similaire à Hernan Cortes. Ils voient en lui le dieu tant attendu, ce qui les pousse dans un premier temps à n’opposer aucune résistance face à ses étrangers. Puis une méfiance s’installe lorsque qu’Hernan Cortes commence à implanter une nouvelle religion, le christianisme. Mais les peuples précolombiens ne sont pas les premiers à frapper, les conquistadores par peur de complots et surtout avides de richesse partent pour la conquête de l’empire aztèque. En 1520, Cortes subit une défaite à Tenochtitlan, la capitale aztèque, qui lui coûte la moitié de ses hommes ainsi qu’une bonne partie de son artillerie et de ses chevaux. Cette bataille ce nommera plus tard « Noche Triste ».  Les conquistadores sont en infériorité numérique, ils ne sont que 500 et doivent affronter une armée de plusieurs milliers d’aztèques, bien que soutenu par d’autres peuples aztèques qui veulent voir s’achever le règne de la capitale, il semble à première vue ne pas avoir de chances de remporter la victoire. Mais les Espagnols bénéficient d’une supériorité technologique, leurs armures  et leurs armes d’une grande efficacité qui ont pour but de faire le plus de morts possibles alors que chez les Aztèques, les guerres servaient à capturer le maximum de personnes pour faire des prisonniers, leurs armes ne servaient principalement qu’à assommer.

Cortès mène alors une véritable campagne en usant de ruse et de stratégie pour mettre fin à ce peuple. Dans un même temps, les Aztèques sont touchés par une épidémie de variole apportée par les esclaves appartenant aux Espagnols. Leur système immunitaire n’étant pas préparé à ça, la maladie va causer des dizaines de milliers de morts et pas seulement chez les Aztèques mais dans toute la Mésoamérique. Et c’est dans ce contexte que va continuer la lutte entre ces deux cultures que vont reprendre les combats. Très affaiblis, les Aztèques vont multiplier les sacrifices pour effrayer les conquistadores mais ceux-ci finissent par prendre le dessus en tuant l’empereur Cuauhtémoc. Les Espagnols vont alors ravager les cités et ce qui reste de la population. On peut considérer cette campagne militaire comme brillante mais c’est aussi une des plus grandes  tragédies de l’histoire qui a manqué d’exterminer la totalité des peuples précolombiens.

Mais les conquistadores n’ont pas été la seule cause.

Des changements climatiques brutaux :

Il faut savoir que les Mayas ont connu une période de pluviosité exceptionnelle  entre 450 et 660 de notre ère,  ce qui a fortement accru la productivité de leur système agraire, entrainant une forte augmentation de la population et une surexploitation des ressource. Certains chercheur considèrent que la culture intensive a fortement appauvri les sols déjà très pauvres et que leurs méthodes  agricoles les ont menés à leur perte, même si d’autres pensent que leur méthode de culture en terrasse palliait ce problème. Mais le coup de massue qui a été porté aux Mayas et plus généralement aussi à presque l’ensemble de la Mésoamérique est qu’à partir de 760 de notre ère la région maya a connu plusieurs périodes de sécheresse qui se sont étalées sur plus d’un siècle.  Ils ont voulu donc accroître leur récolte car celles-ci n’étaient plus suffisantes pour nourrir la population, ils ont alors coupé les arbres sur les collines avoisinantes pour cultiver, mais les racines ne pouvant plus retenir l’eau,  la maigre fertilité des sols s’est vaporisé au soleil ce qui a précipité leur chute.

Les rivalités entre les cités, aggravées par les conditions climatiques, ont provoqué au sein même des cités des soulèvements politiques en poussant certaines à l’auto destruction. Mais la diminution des ressources a entrainé les Mayas à se faire la guerre causant en plus des causes climatiques de nombreux morts et le peuple Maya a fini par s’auto détruire.

Mais il ne faut pas croire qu’ils ont complètement disparu, l’effondrement maya concerne surtout celui de leur élite, les maya sont repartis vivre dans les forêts, organisés en petites communautés, ce qui a transformé radicalement leur style de vie.